Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
new-mum.over-blog.com

Les résultats de la DPNI

Et puis enfin, après 17 jours d'une attente interminable et insupportable, le résultat est arrivé...
 

 


Les 17 jours les plus longs de ma vie


Je ne vous cache pas que l'attente a été extrêmement éprouvante pour moi. Autant, la première semaine est passée relativement vite et j'avais réussi à ne pas trop y penser, autant une fois arrivée dans la fameuse période des "entre 7 et 15 jours" officiels d'attente, j'ai eu l'impression que les secondes duraient des heures, les jours des mois...

Je n'arrivais plus à me concentrer sur autre chose que ça. Je n'avais plus envie de rien, j'étais constamment irritée et irritable, je n'osais même plus me projeter dans ma grossesse. J'ai arrêté de l'annoncer autour de moi, je fuyais toute conversation d'avenir. Impossible de me raisonner... J'admire les personnes qui savent relativiser dans ce genre de situations.

A J15, j'ai même remué ciel et terre pour savoir où en étaient mes analyses. Après avoir enchainé coup de téléphone sur coup de téléphone à différents labos, obtenu confirmation que oui, mes analyses avaient bien été faites et étaient terminées, j'ai découvert que le labo envoyait les résultats à ma gynécologue par voie postale... Oui, vous avez bien lu, par courrier papier, par la poste ! J'ai été totalement abasourdie d'apprendre ça. Un laboratoire de cytogénétique, sensé être un lieu à la pointe de la technologie, dont le quotidien est le séquençage de génomes et l'analyse d'ADN fœtal dans le sang de la mère, ce même laboratoire on ne peut plus moderne, traitant de sujets aussi sensibles et ayant entre leurs mains la destinée de familles entières, semble ignorer l'existence, l'utilité, la rapidité (et la gratuité !!) des mails... Inouï... Je trouve ça scandaleux.

Aux fameux 15 jours d'attente, il a donc fallu ajouter le délais de la poste, au bon vouloir de laquelle nous avons été soumis...

 

La délivrance


Enfin, après cette interminable phase d'anesthésie générale, j'ai reçu le coup de téléphone tant attendu de ma gynécologue. Par respect pour la situation et notre état de stress, elle n'y est pas allée par 4 chemins et m'a tout de suite annoncé la couleur : "tout va bien madame E, nous avons obtenu les résultats il n'y a aucune trisomie chez bébé".

Soupir de soulagement et larmes de joie. C'était comme si on m'avait retiré d'un coup un sac de 50kg des épaules. Je l'ai remerciée chaleureusement et lui ai conseillée de demander à faire appel à un autre labo pour la suite. Elle a convenu que la situation n'était en effet pas acceptable.

Puis j'ai raccroché et suis tombée dans les bras de ma mère (en larmes elle aussi !) qui était suspendue à ma conversation et aux expressions de mon visage dans l'espoir d'y obtenir la réponse, puis de mon mari, qui s'est révélé bien plus affecté par tout cela que je ne le pensais.

Enfin on va pouvoir recommencer à respirer et reprendre le cours de cette grossesse, qu'on avait mise sur pause dans l'attente. Et en réponse immédiate, bébé s'est alors mis à s'agiter dans mon ventre, comme s'il attendait lui aussi ces résultats pour avoir à nouveau le droit de se manifester. Pardon petit bébé de t'avoir transmis tant de stress et d'émotions négatives ces derniers jours...

Je ne sais sincèrement pas ce que nous aurions fait si les résultats avaient été mauvais, et je ne veux même pas le savoir. A présent, tout ceci est derrière nous et je veux que les prochains et derniers mois se déroulent de la manière la plus zen, la plus positive et la plus heureuse possible. C'est peut-être un peu bête, mais je ressens aujourd'hui enfin la même émotion que j'avais ressentie à la découverte de ma toute première grossesse. Jusqu'ici pour bébé 2, j'étais comme dans la retenue depuis le début. Ni trop stressée (enfin, jusqu'aux premiers résultats de la trisomie en tout cas) ni trop impliquée. Un sain détachement. A présent, je ressens l'état de prise de conscience qu'il me manquait jusque là. Je vais être à nouveau maman et j'ai envie de le hurler sous tous les toits.


Une pensée toute particulière à toutes celles et ceux qui attendent fébrilement leurs résultats DPNI. Je comprends si bien votre inquiétude et je suis de tout cœur avec vous. Courage, vous serez bientôt fixés et, à n'en pas douter, rassurés !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article